Le Panoptique

Perspectives sur les enjeux contemporains | More Perspective on Current International Issues

L’ordre

Publié le 17 mars, 2009 | Pas de commentaires
Par

Télécharger l'article au format PDF

L’ordre. Pourquoi y est-on tant attaché? Je revenais de banlieue hier, dans une voiture prêtée, et la radio laissait filtrer l’opinion publique, qui s’exprimait alors sur la manifestation contre la brutalité policière de la veille. Dans l’air, l’incompréhension, le dégoût, la colère. Moi, je suis quand même content. Comme j’étais content quand une bande de hooligans ont entrepris de prendre la police en levrette, suivant la traditionnelle élimination de Boston. Pas besoin de cause pour en découdre avec les représentants de l’ordre. Le geste même suffit amplement. Le problème avec la dernière manif, c’est son nom. C’est pas contre la brutalité policière, mais pour la brutalité contre la police. 250 000$ de dommage pour un petit défi posé à l’ordre, c’est un bon deal. Il faut aussi déduire de ce montant les revenus accumulés en tickets.

Le seul mécontent, c’est le contribuable, sorte d’eunuque écervelé ne comprenant l’univers qu’à travers son compte de taxe. Les policiers et leurs patrons sont contents eux, ça ouvre la porte à un resserement des structures et ça délie les jambes. Les manifestants aussi, qui attendent ça toute l’année et qui également doivent se dégourdir le pied de guerre.

À entendre le monde chiâler, c’est comme si on en était venu à croire le slogan des forces de l’ordre, « protéger et servir ». Come on.

Tout ça est dans l’ordre des choses. Tout le monde y est à sa place. Y compris le contribuable, qui contribue, ben écrasé devant LCN. Lui, il rêve d’être dans l’hélicoptère TVA. Il se demande combien ça coûte.

Creative Commons License
Cet article est publié sous un contrat Creative Commons.

Commentaires

Répondre