Le Panoptique

Perspectives sur les enjeux contemporains | More Perspective on Current International Issues

Quelques mots sur le changement d’heure…

Publié le 1 avril, 2007 | Pas de commentaires
Par

Télécharger l'article au format PDF

La législation sur le temps légal a un impact sur les habitudes de vie. Pour la première fois en 2007, la période d’application de l’heure avancée augmente de quatre semaines en Amérique du Nord. L’amélioration du bien-être des citoyens n’est pas le premier motif de ce changement qui repose plutôt sur le fait que l’avance de l’heure permet des économies.

 Lumière/sombre, (Dark/light)
Kristian Rink, Lumière/sombre, (Dark/light), 2006
Certains droits réservés.

Benjamin Franklin a eu l’idée, en 1784, d’avancer l’heure durant l’été pour profiter davantage de l’ensoleillement. Les journées sont en effet plus longues en été et les gens ont l’habitude d’être plus longtemps actifs en après-midi. Avancer l’heure «déplace» une heure de l’avant-midi après midi, ce qui permet de profiter plus longtemps de l’ensoleillement. Ce n’est que vers 1884 que les municipalités québécoises ont cessé de suivre l’heure solaire. C’est à cette époque que le temps est uniformisé avec la création des fuseaux horaires au Canada. Cette nouvelle norme permet aussi de simplifier les horaires de chemin de fer(1).Quant à l’avance de l’heure, elle fut introduite au Canada en 1918, puis dans certaines municipalités au début des années 1920(2). La loi québécoise de 1924 prévoyait une consultation des municipalités par référendum pour leur permettre de choisir la période durant laquelle l’heure serait avancée(3). Le manque d’uniformité du temps entre villes voisines causant problème, une législation imposa en 1928 aux municipalités qui choisissaient d’instaurer l’avance de l’heure des dates ponctuant le début et la fin de la période de l’heure avancée (sauf de 1940 à 1945 où elle était imposée par la Loi des mesures de guerre). L’avance de l’heure devient obligatoire en 1963 seulement, sauf pour le comté municipal de Témiscouata et la ville de Cabano, au sud de la Gaspésie, exclus de l’application de ces lois provinciales jusqu’en 1969.

Avant de poursuivre avec l’état de la législation sur le changement d’heure en d’autres endroits du globe, voyons l’évolution de la situation au Québec à travers le temps. Diverses raisons sont à l’origine des modifications observées et celles apportées en 2007 sont liées à la volonté des provinces canadiennes de s’ajuster aux lois américaines.

Année

Période d’application de l’HAE

1928

Début : du premier samedi de mai, à minuit
Fin : dernier samedi de septembre, à minuit

1963

Début : dernier dimanche d’avril à 0h01
Fin : dernier dimanche d’octobre à 0h01

1966

Début : dernier dimanche d’avril à 2h00
Fin : dernier dimanche d’octobre à 2h00

1986

Début : premier dimanche d’avril à 2h00
Fin : dernier dimanche d’octobre à 2h00

2007

Début : deuxième dimanche de mars à 2h00
Fin : premier dimanche de novembre à 2h00

Figure 1. Territoires du Québec où s’applique la Loi sur le temps légal (adoptée le 7 décembre 2006) qui remplace la Loi sur le temps réglementaire (1986). Les territoires situés à l’Est du 63e degré de longitude Ouest (Îles-de-la-Madeleine, Minganie, Basse-Côte-Nord, moitié Est de l’Île-d’Anticosti), ne suivent pas l’heure de l’Est comme le reste du Québec mais plutôt l’heure de l’Atlantique. La ligne de démarcation entre l’heure de l’Est et l’heure de l’Atlantique est la longitude 68° Ouest jusqu’en 1969. Depuis, afin d’inclure la Gaspésie avec le reste du Québec, c’est la longitude 63° Ouest.

Pour ou contre les changements d’heure?

Au delà des raisons alléguées par le «lobbydes barbecues», évidemment favorable à l’avance de l’heure qui permet de profiter du réchauffement printanier, de l’allongement des journées et de la possibilité de devancer d’une heure le moment du souper, l’argument invoqué en 1986, pour étendre la période d’application de l’heure avancée, fut de nature économique. En effet, grâce à deux semaines supplémentaires d’application de l’heure avancée en avril, ce changement rendait possible l’économie de 300 000 barils de pétrole par année. Tenant compte de cette donnée, le géant américain revoit sa législation et les pays voisins font de même pour favoriser l’harmonisation des échanges internationaux. Le même phénomène s’observe en 2007.

Habituellement, l’avance de l’heure est bien accueillie et environ 35% des pays procèdent à ce changement(3). Dans l’hémisphère Sud, l’avance de l’heure se fait durant l’été. Le positionnement de la Terre par rapport au Soleil explique que le 21 juin soit la journée la plus longue dans l’hémisphère Nord, alors que c’est le 21 décembre dans l’hémisphère Sud. Cet effet est moins marqué près de l’équateur et procéder aux changements d’heure saisonniers y est donc moins avantageux. Évidemment, les motifs d’économie d’énergie en raison des heures d’ensoleillement s’appliquent peu dans cette région du globe, mais le bien-être associé à l’ensoleillement augmente néanmoins si l’avance de l’heure est appliquée toute l’année. Le continent européen procède à l’application de l’heure avancée en 1996. Mais l’harmonisation n’est pas toujours effective entre pays voisins(2). Signalons qu’en France, le temps est avancé d’une heure toute l’année sauf durant l’été où il est avancé de deux heures.

Par ailleurs, une opposition s’est toujours fait ressentir relativement à l’avance de l’heure. La France, notamment, cessera probablement d’effectuer des changements d’heure sans qu’il soit possible de savoir pour le moment si elle optera pour l’avance d’une ou de deux heures applicable toute l’année. Plusieurs arguments en faveur de la cessation se font entendre:

1. L’allongement des journées de travail des agriculteurs: la plus forte opposition vient des agriculteurs qui voient la durée de leurs journées de travail augmentée et la hâtive traite des vaches devancée d’une heure le matin. Cette opposition explique qu’on n’avance pas l’heure en Saskatchewan, en Arizona et dans une partie de l’Indiana.

2. Le manque de sommeil: dû aux soirées prolongées tout l’été et au décalage horaire lors des changements d’heure.

3. L’augmentation des risques d’accidents: bien qu’une augmentation de l’ensoleillement en soirée soit favorable à la sécurité routière, le manque de sommeil au printemps, au moment où l’heure est reculée, cause une augmentation de 7 % à 8 % des accidents de la route.

4. La quantité de pétrole économisé revue à la baisse: on compte de moins en moins sur le pétrole comme source d’énergie.

5. La pollution atmosphérique: plus d’ozone par photo-oxydation est produit lors des heures de pointe de la circulation (devancées par le changement d’heure), car il est produit en période de plus grande chaleur.

6. La réduction des activités économiques culturelles: les cinémas, bars et autres lieux d’activités culturelles de soirée sont moins achalandés à cause de la pratique plus tardive des activités de plein air.

Afin de réduire la perturbation des rythmes de vie, il vaudrait mieux ne pas changer l’heure deux fois par an. Mais il n’en demeure pas moins qu’ avec l’avance de l’heure les habitudes de vie des gens portés à être plus actifs dans la deuxième moitié de la journée, augmentent la possibilité d’économies d’énergie dans les régions aux hivers froids. La synthèse de ces données conduit à l’adoption de l’heure avancée toute l’année

Il existe des arguments en faveur de la flexibilité dans l’application du changement d’heure dans certaines régions. Par exemple, la France, située à l’Ouest, peut tirer avantage d’une avance de deux heures en s’harmonisant avec son voisin de l’Est, allant jusqu’à partager son fuseau horaire. De même, si le Québec et l’Est de l’Ontario adoptaient l’heure avancée à l’année, ils observeraient le même temps que les provinces maritimes, à condition que celles-ci n’avancent pas l’heure. Dans cette circonstance, une province située à l’Est pourrait tirer avantage à ne pas avancer l’heure.

Si la tendance se maintient, de plus en plus de pays, de provinces et de territoires procèderont à l’avance de l’heure. Chez ceux qui observent déjà les changements d’heure, on remarque l’adoption de lois qui étendent la période d’application de l’avance de l’heure menant parfois à l’adoption de l’heure avancée à l’année. Pour les régions à l’Ouest d’un continent, d’un bloc économique ou d’un ensemble partageant une identité commune, il semble que le besoin d’harmonisation peut mener au réglage, durant toute l’année, de l’avance des horloges de deux heures sur l’heure de leur fuseau horaire. Si tous les pays procédaient à ce choix, le résultat serait équivalent à un déplacement des fuseaux horaires vers l’Est. En Amérique du Nord, tenant compte de l’harmonisation, le déplacement du fuseau horaire vers l’Est pourrait être plus grand sur la côte Ouest que sur la côte Est et avoir possiblement la disparition de l’heure de l’Atlantique pour conséquence.

Notes

(1)< www.meteomedia.com/Inter/Savoir/Pages/ChangeHeure.htm >
(2)< www.meteo.org/chgmhre.htm >
(3) Le temps légal au Québec, Gouvernement du Québec,
< http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/generale/temps-regl.htm >

Creative Commons License
Cet article est publié sous un contrat Creative Commons.

Commentaires

Répondre